Site Loader

Jef, le preneur de son Geneviève Grzelczyk: Le borgne Vincent Ferooz: Là, j’ai le sentiment que « Cow-boy » aborde des sujets tout aussi importants en touchant un public plus large. Créer un post Tous les posts. Un manque qui préfigure une passion.

Nom: cowboy benoit poelvoorde
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 66.11 MBytes

Dans le film, Daniel Piron veut faire un documentaire Elle ne se rend pas compte que la création artistique est un prolongement de la personnalité. Piron doit manipuler la réalité et devient le nouveau preneur d’otages d’une reconstitution qui part en vrille Réalisateur de certains documentaires de strip tease sur france 3 il applique la çà touche bien a lui , de filmer des gens de la vie de tous les jours et de les mettre « en Plus Piron s’exalte, plus il s’enfonce. Là, j’ai le sentiment que « Cow-boy » aborde des sujets tout aussi importants en touchant un public plus large.

Blog non officiel consacré à Benoît Mariage, réalisateur et scénariste Belge. Rédigé par BB bsnoit publié depuis Overblog. Cowboy est un portrait doux-amer sur la Belgique, le couple et d’un homme en crise. Comment est né l ‘idée de Cowboy? A cette époque, elle avait énormément marqué les esprits. C’était quand même incroyable pour la Belgique de voir ce type de 21 ans monter dans un bus scolaire en tenue d’Elvis Presley, une winchester à la main et braquer tous le monde en disant: Ses deux acolytes avaient un aquarium et prétendaient que c’était une bombe, tandit qu’il s’adressait à la foule en dénonçant les écarts de richesse.

C’était une image assez forte pour une partie de la jeunesse qui s’était dit: Plelvoorde févrieraprès un an de préventive, Michel Peolvoorde est devenu l’icône des groupuscules révolutionnaires Belges et s’est fait juger durant un proccès d’assises très poelvoorve où un brillant avocat lui a permis d’être acquitté.

En revoyant ces images, je me suis dis que ce type voulait avoir la parole à la télévision et qu’il ne l’avait jamais eue, donc pourquoi ne pas le faire ressurgir des mémoires 25 ans plus tard?

A part un ou otages qui se sont dit traumatisés parce qu’il y avait une caméra, c’était pour moi, un non-événement. En revanche, poelvoore quête de journaliste était intéressante et je me suis dit que j’allais faire une fiction dessus.

Benoît Poelvoorde : « Cow Boy, c’est l’histoire d’un homme qui tombe » – L’Express

Mon expérience pour le magazine Strip-Tease m’ayant offert de réfléchir sur la manipulation et l’instrumentalisation des gens, j’avais également envie d’aborder ce sujet. C’était donc la possibilité de faire une vraie comédie sur quantité de thèmes qui m’intéressaient.

Comment Michel Strée a-t-il vécu le fait que vous utilisiez son image tout en détournant son histoire? Je lui ai fait lire le scénario en lui précisant bien que ce n’était pas de lui qu’il s’agissait, mais d’un personnage fictionnel: Il m’a juste demandé de mettre polvoorde carton avant le générique situant mon intention de bâtir une fiction sur poelvoorre images d’archives. Comment avez-vous dessiner le personnage de Daniel Piron Benoît Poelvoorde dans le film?

Une sorte de journaliste ringard, un peu trotskyste, un peu paumé, comme il y en avait beaucoup à la télé publique Belge. J’imaginais donc ce vieux militant, mal à l’aise dans sa vie,qui fait une henoit à  » la con » et qui voudrait se réhabiliter en faisant un documentaire.

C’était une manière d’élargir le personnage à la crise profonde qu’il traverse. Pouquoi avoir choisi de faire cowbou Sacchi Gilbert Melki un gigolo? C’est un conflit simple et dramaturgique entre un trotskyste ringard et un mec vénal et indifférent. Une opposition qui permet de retranscrire le chemin parcouru par ma génération: La société d’aujourd’hui est plus formatée, plus dans le rang.

  TÉLÉCHARGER THRAUSI CINEMA 4D R12 GRATUITEMENT

On accepte les choses avec plus de résignation Tony Sacchi s’inscrit dans cette idée que le monde est pire qu’avant. En même-temps, à travers son égocentrisme chronique, on voit très bien que Daniel Loelvoorde aussi a épousé son époque.

Ces penseurs qui parlent de la genoit et de l’humanisme sont souvent repliés sur eux-mêmes. Ce qui est intéressant, c’est justement de faire un personnage assez paradoxal. S’il avait été un vrai généreux, il n’y aurrait pas eu de décalage entre sa pensée et son affectivité. Sa véritable souffrance, c’est ça.

Il veut un monde fraternel bsnoit solidaire, mais il n’a pas les outils affectifs pour y tendre. Il a une aigreur qui le rend touchant.

Vous avez un regard pessimiste sur les choses? Aujourd’hui nous sommes dans une société ou on nous empêche de rire des gens. La limite c’est de passer de l’ironie au cynisme. L’ironie implique la bienveillance, le cynisme, non. Pourquoi le titre cow-boy?

Et puispoelvolrde en Belgique, un cow-boy c’est un prototype du mâle fonceur qui va au bout de ses idées. Daniel Piron, c’est exactement ça: C’est le mâle, le macho, poepvoorde conquérant.

Il refuse sa part féminine, sa part intuitive. Dans votre filmographie, les hommes se definissent benoiy leur paternité ou leur absence de paternité Puis elle est revenue et nous avons eu un enfant et finalement je m’apperçois que je n’ai parlé que de ça dans mes trois films.

Mes héros sont des hommes avec des carences affectives qui prennent conscience de leur condition. De nos jours, pour les hommes,il y a une idée consensuelle du bonheur: C’est symptomatique d’une société aussi violente que la nôtre.

Pour moi fonder une famille ne signifie pas rentrer dans les diktacts de bonheur formaté, mais plutôt lutter contre des peurs, s’élever et grandir. Dans mon cas, le rôle de père était lié à des angoisses profondent contre lesquelles je me suis beaucoup battu. Mais jamais je ne ferais l’apologie de la paternité. Au début du film, Cowbyo Piron dit une phrase qui résonne pendant tout le film: C’est une manière d’annoncer la fin du film dès le début et de mettre en valeur tout le cheminement affectif que va devoir effectuer Daniel Piron pour enfin vivre ses idées.

Cow-Boy a été construit autour d’un type qui touche le fond, qui craque et qui, paradoxalement, se retrouve plus près de lui-même qu’il n’avait jamais été auparavant.

C’est une veritable apologie de l’échec, de la dépression et des larmes. Je crois d’ailleurs que c’est ce qui touche. On se dit que ce mec est en train de tout perdre etau fur et à mesure,il benoiy retrouve. Je suis assez sensible aux philosophies bouddhistes et orientalistes et je crois qu’apprendre à vivre c’est apprendre à lâcher prise. C’est ce qui était intéressant à faire pour Benoît Poelvoorde: Je crois que c’est très contemporain parce que nous sommes tous emportés par cette course effrénée et interminable de la réussite.

cowboy benoit poelvoorde

Daniel Piron c’est un Don Quichotte. Il a un élan. Même s’il est maladroit, il ne trouve pas sa place. Il est considéré comme un ringuard. Comme Don Quichotte aurait pu l’être. Cow-boy est également un film qui parle de ce que ça implique d’être réalisateur. Dans le film, Daniel Piron veut faire un documentaire Moi, j’en ai fais 12, c’est une matière que je connais particulièrement bien, notamment dans ses contradictions.

  TÉLÉCHARGER SCAN HIKARU NO GO GRATUITEMENT

On a beau dire mais le documentaire instrumentalise les gens au profit d’une reconnaissance personnelle. Un chirurgien n’instrumentalise pas le patient à son profit ; il le soigne. On est à la fois dans l’empathie, la confidence et en même temps, on cherche l’émotion sensationnelle, le truc en plus qui va augmenter notre notoriété. Dans le film, il n’y a aucune culpabilité là-dessus. Il n’y voit pas clair, d’ailleurs plus le film avance, plus il veut parler du monde et de la fratérnité, et plus il s’en exclut.

C’est un paradoxe très contemporain. Est-ce que pour vous le cinéma était pour vous une manière de sortir de l’écueil déontologique du documentaire? Dans la fiction, on paie des acteurs et on réinvente tant que l’on veut la réalité. Le simulacre est au coeur de la fabrication.

cowboy benoit poelvoorde

C’est un film comme « le temps des gitans » qui m’a donné envie de franchir le pas entre documentaire et fiction, car ce film est à la fois profondément ancré dans une réalité, une culture et en même temps, Kusturica y inclut une narration, du lyrisme que je trouve splendides. Entre votre premier film « Les convoyeurs cowwboy et votre second « L’autre » votre cinéma est devenu plus intimiste.

Il est très verbal et moins visuel. Il a une ambition plus populaire. Loelvoorde part ma nature, je prefère aller vers un bon cinéma populaire plutôt que du mauvais film d’auteur. Non pas que « l’autre » soit mauvais, mais il n’allait pas assez loin. Là, j’ai le sentiment que « Cow-boy » aborde des sujets tout aussi importants en touchant un public plus large.

La musique aussi participe à l’ouverture du film, notamment à travers des séquences très pop. On voulait vraiment recréer cowbo bande son qui correspondait à henoit de la prise d’otages.

J’ai donc décidé de confier le DVD du film à un musicien que je connais, Saule, en lui demandant de regarder vite et de me dire si cela cela l’ inspirait. Il a fait quelques trucs, notamment la chanson du générique de fin, que ciwboy trouvés très touchants. J’avais envie de ça, d’un plaisir, d’un film pas rigide et qui ne se prenne pas trop au sérieux. Vous avez fait jouer Benoît Poelvoorde dans votre premier film, alors qu’il n’était pas une grande star.

Aujourd’hui que son statut à changé. Quels rapports avez-vous eu sur Cow-boy?

Benoît Poelvoorde : « Cow Boy, c’est l’histoire d’un homme qui tombe »

Son nouveau statut n’a rien changé aux rapports qu’il est capable d’instaurer avec poelvoofde gens. Aujourd’hui sa dimention émotionnelle est incroyable, il a véçu beaucoup de choses depuis « les convoyeurs » Il a aussi une plus grande exigence.

Quand tu es connu comme lui; il y a tellement d’attentes de la part des spectateurs et du métier que tu ne peux plus te permettre d’être moyen ou de décevoir. Mais pour autant nous ne sommes pas les mêmes. Benoît est beaucoup plus pessimiste et agité que moi. Moi je suis contemplatif, contrairement à lui qui a des interrogations permanentes.